dimanche 13 octobre 2013

Version 3 - Queen of Revenge

Et oui, le blog a une nouvelle bannière ambiance Revanche ! L'été est fini et Revanche est une livre dont j’attends beaucoup et que j'ai vraiment hâte de lire, qui me hante depuis plusieurs mois. Il fallait donc que je rende la semaine de sa sortie spéciale sur le blog. J'ai donc contacté Mirrocle World pour qu'elle me crée une superbe bannière. Je voulais donc une bannière dans les tons de la couverture du livre. Et voilà le résultat ! Magnifique, n'est-ce pas ?
L'image de l'avatar provient de Pinterest et a été modifié par mes soins. Le fond, est un fond Blogger étant donné que je n'ai pas trouvé d'image faisant 1800 x 1600 et ne dépassant pas 300 ko. Ouaip, Blogger me tape sur le système. 

Comme pour la version un, voici un extrait d'un de mes projets d'écriture pour accompagner ce nouveau décor. Bonne lecture. Plus d'infos sur mes écrits ? --> Visiter mon blog auteur.

M
a mère m'a dit un jour que j'étais comme cette déesse tombée de la galaxie, venue sur Terre, ravager tout sur son passage car son cœur était aussi sombre que la nuit, et un jour la douleur que je causais à d'autres finirait par se retourner contre moi. Je ne l'ai jamais crue. J'ai passé ma vie à détruire la vie des autres, mais je n'ai jamais pensé que quelqu'un pourrait détruire la mienne.
Je n’ai jamais pensé qu’en voulant venger celui que j’avais le plus aimé, je tomberais entre les mains d’un monstre. Je n’ai jamais échoué, alors pourquoi aurais-je imaginé qu’un jour j’échouerais ?
Il a levé son flingue vers moi, mon cœur a raté un battement. Ses lèvres se sont étirées en un sourire mauvais.
— Vous êtes un monstre, ai-je craché en repensant aux horreurs qu’il avait fait subir à Driss. Au fait qu’il était responsable de la mort de Jo.
— Seul un monstre peut en reconnaître un autre.
J’ai senti le serpent noir se tordre dans mon ventre. Ils m’ont nommée Reine de la Vengeance, mais je n’ai jamais voulu de ce titre, tout ce que je désirais c’était provoquer ma propre catastrophe. Je voulais être comme l’Antigone de Jean Anouilh, être maître de mon destin, avoir un rôle à jouer et le jouer jusqu’au bout.
J’ai repensé au fait que personne ne m’avait crue. Qu’on avait tenté de me faire passer pour folle. Qu’à présent Driss me haïssait. Que Jo était mort et que plus jamais je pourrais le serrer dans mes bras et lui dire que je l’aime. La colère s’est déversée dans mes veines. Et j’ai sût que ce qui allait advenir ne serait pas de mon ressort.
J’ai relevé la tête vers lui, un grimace d’horreur sur le visage, les yeux noirs comme ceux d’un démon.
— J’espère pour vous, que vous n’avez pas peur du noir. 
 © Tous droits réservés Tamara Nemry.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire