jeudi 30 août 2012

Les Enchanteurs : 18 Lunes

Titre : 18 lunes
Auteures : Kami Garcia & Margaret Stohl
Edition : Hachette jeunesse
Collection : Black Moon

Tétralogie : Les Enchanteurs
Date de parution : 20 octobre 2011
Nbr pages : 571
Format : grand format 

Prix : 18 euros


 Je pensais que rien ne me surprendrait plus. Jamais.
Que Lena et moi avions connu le pire, survécu à l'impossible. Mais ces derniers temps, notre bonne vieille bourgade de Gatlin est en proie à une série de fléaux dignes de l'Apocalypse.
Il y a aussi ces cauchemars et ces visions étranges qui ne cessent de me hanter. Et toutes ces choses que j'oublie, ces moments où je ne me reconnais plus moi-même.
La malédiction de la lune, les Enchanteurs des Ténèbres, la Garde Suprême : quelle est ma place, à moi dans tout cela?
Aimer envers et contre tout. Même son propre destin?

Mon avis
 
No Happy End

Extrême, destructeur, bouleversant, unique et bien d'autres mots sur lesquels je n'arrive pas à mettre le doigt. Magnifiquement et incroyablement addictif. Voilà ce qu'est 18 lunes, le troisième et avant dernier tome de la saga des Enchanteurs de Margaret Stohl (dont c'est l'anniversaire aujourd'hui) et Kami Garcia. Oui, déjà l'avant dernier.
Ce qui est incroyable avec cette saga, c'est que pendant quelques jours, je vais continuer d'y penser, je vais croire que je n'ai pas terminé 18 lunes, je vais penser que je suis toujours dans l'histoire, que je n'ai pas lu la fin qui m'a fait pleurer. La saga des Enchanteurs a ce quelque chose de spéciale, de captivant qui fait qu'on s'y sent bien, qui fait qu'on est un personnage à part entière du livre. Oui, on fait partie du livre. Sans doute parce que c'est une histoire du sud, parce qu'à chaque fois qu'Ethan évoque quelque chose, il le compare à un souvenir. Sans doute parce que chaque mots à sa propre couleur et odeur. Parce que même les personnages les plus détestables nous touchent aussi.
Il y a tant de choses qui fait que j'avais hâte de replonger dans l'univers de Gatlin. Mais certaines ne ces choses n'ont pas de nom et ne peuvent être décrites. Je n'arrive pas à expliquer pourquoi cette saga est comme une drogue pour moi.
Je ne savais pas à quoi m'attendre, cette fois-ci et j'ai évité de lire les avis sur 18 lunes. Je ne voulais rien savoir. Et nous n'avons pas eu droit à un trailer comme pour les deux précédents tomes.
18 lunes reprend l'histoire à peu prêt là où on l'avait laissée. Vous vous souvenez la fin de 17 lunes? Nous avions laissé Ridley avec l'orbe lumineux et ce qu'elle avait décidé de faire à John Breed. Vous pensiez avoir deviné? Détrompez-vous...Vous pensiez que John était définitivement détestable? Vous devriez vous méfier...Ce que je veux dire par là c'est que 18 lunes est rempli de surprises inattendues. Et les surprises ne sont pas forcément bonnes.  En fait, 18 lunes ne parle du chaos qui règne sur Gatlin, enfin pas seulement. 18 lunes est le chaos.
Entre les différents événements : Link qui est devenu un incube, Ethan qui fait des cauchemars et oublie certaines choses, Ridley qui continue a provoquer des ennuis et Liv qui étudie dans les tunnels avec Macon, les pages défilent si  vite qu'on ne voit pas la fin arriver. Puis on lit les derniers mots et on ferme le livre. On pleure parce que c'est fini, parce que la fin fait mal, parce qu'il faut attendre pour connaître la suite. Parce que les mots blessent telle cette citation : "Nous avons compté les heures, les minutes, les secondes. Toutes nous fuyait." ou bien cette phrase : "Je t'aimerais jusqu'au lendemain de toujours."
Je n'ai pas besoin de vous rappeler que Margaret Stolh et Kami Garcia n'ont pas écrit d'autres livres à part 16 lunes et 17 lunes. Néanmoins, les deux auteurs ont participé au recueil de nouvelles Enthralled sorti en septembre. En 2013, sortira le premier tome de la série Legion de Kami Garcia et le premier tome de la série Icons de Margaret Stolh.
Si je devais choisir un mot pour décrire 18 lunes, je n'en choisirais pas. Un seul ne peut pas suffire. Je le décrirais plutôt par un sentiment, une sensation qui se situerait entre la joie et la tristesse.

Merci à Margaret Stolh et Kami Garcia pour avoir écrite cette saga.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire