jeudi 30 août 2012

Les Enchateurs : 17 Lunes

Titre : 17 lunes
Auteurs : Kami Garcia & Margaret Stohl
Editeur : hachette jeunesse
Collection : Black Moon

Tétralogie : Les Enchanteurs
Date de parution : 17 novembre 2010
Nbr pages : 566
Format : grand
Prix : 18 euros.



 Je n'aurais jamais imaginé que Lena pourrait me fuir ou me cacher des choses. Qu'un jour arriverait où nous ne nous comprendrions plus. Mon statut de Mortel m'interdisait l'accès au monde des Enchanteurs, mais était-ce une raison pour rompre tout lien ?

Après le désastre du seizième anniversaire de Lena, j'avais pensé que l'aimer et la soutenir suffiraient. Mais il fallait croire que je m'étais trompé. Et que notre amour, indestructible hier, était à présent voué à l'échec...

L'amour est-il encore plus fort que le destin ?

Mon avis

Entrez dans les Ténèbres de Gatlin. C'est l'invitation que nous lancent Margaret Stohl et Kami Garcia en nous offrant la suite de 16 Lunes - Beautiful Creature.
L'histoire reprend à l'enterrement de Macon, l'oncle de Lena, décédé lors de la seizième lune. Du moins, on y a tous cru. Je dis ça mais je ne dis rien. Souvenez-vous ce qu'on dit les deux auteures à propos du deuxième tome : "Il y a d'autres histoires à raconter". Il s'est avéré que ce n'était pas une phrase dans le vent. Le livre enchaîne de surprises en surprises le transformant en un roman hors du commun.
Accablée par la perte de l'être qu'elle a toujours considéré comme son père, Lena va viré du côté sombre. Elle va faire la connaissance d'un certain John Breed, mi-incube, mi-enchanteur, qui va agrandir le fossé qui se creuse entre la jeune fille et Ethan. De son côté, Ethan va poursuivre Lena avec Link et ses deux nouvelles amies. Olivia Durand, l'apprentie Gardienne de Marian. Elle est blonde, intelligente comme Galilée et britannique. Lucille Ball, la chatte particulière des Soeurs. Il leur faudra voyager dans le Monde Souterrain pour mener à bien leur quête, ce qui va s'avérer dangereux étant donné les créatures qui y rodent et il faudra à Ethan bien plus que ses pouvoirs de Pilote...
Si le premier tome nous montrait le Gatlin des Mortels, celui-ci nous plonge au cœur de la magie. Si 16 Lunes expliquait comment c'est d'être différent, 17 Lunes parle de qu'est-ce que ça fait de savoir que votre mère a eu un grand amour avant votre père. Si dans 16 Lunes, les auteures rendaient hommage à Salinger et Harper Lee, ici, elles rendent hommage à Robert Louis Stevenson. Les descriptions y sont tellement précises qu'on a  l'impression de voir les images défiler devant nos yeux. Chaque scène est a coupé le souffle. On a le plaisir de retrouver les clichés des teasers et du trailer : les mouches, la poupée, les os de poulet, le moineau, la sphère,...

Dix-sept lunes, dix-sept tours,
Yeux noirs brûlant comme un four,
Le temps presse, une encore plus,
Dans le feu la lune est mue...


 Beautiful Darkness est certes plus court mais plus entraînant, plus sombre, plus envoûtant que son prédécesseur. Frappant. Brutal. Je l'ai lu comme si j'étais un soldat qui m'adressais à un Empereur nippon, avec STUPEUR et TREMBLEMENTS. Emporté par Gatlin - ce bourg de la Coraline du Sud où il n'est censé jamais rien se passer - on avale les pages les unes après les autres jusqu'à la dernière. En outre, on obtient les réponses aux questions qu'on se posait après avoir lu le premier tome : comment Ethan peut-il utiliser le Kelting, d'où vient la chanson, qui a tué Lila Evers,... Les visions dans le temps sont toujours présentes. Naturellement, les esprits qui ouvrent les portes aussi.
Margaret Stohl et Kami Garcia sont des nouveaux auteures qui n'ont pas fini de nous surprendre. Mères de familles, elles vivent à Los Angeles, travaillant à la suite de cette saga qui sera sur grand écran d'ici 2013. Les fans attendent d'or et déjà le troisième tome - 18 Lunes en français - qui est déjà terminé. Le choix de l'amour sera-t-il encore possible?
Merci à Margaret Stohl et Kami Garcia pour avoir écrit cette saga. Un clein d'oeil particulièrement à Laura pour tout ces bons moments de lecture passé ensemble : à l'aéroport, sur le banc à -2 degré et même le temps de midi quand tu rigolais parce que John Breed ça rime avac hybride !
Ce-ci était ma première critique littéraire sur une lecture personnel. A d'autres!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire